Outils personnels

Présentation générale

Située au sud-est de Bruxelles, Watermael-Boitsfort s'étend sur 1.293 hectares, dont 750 sont occupés par la forêt de Soignes. Agrandir le plan
Watermael-Boitsfort compte 24.299 habitants (chiffres arrêtés au 31 décembre 2011).

A l'origine, Watermael s'est développée dans la vallée du Watermaelbeek et Boitsfort dans celle de la Woluwe, deux larges vallées séparées par la ligne de crête qui culmine aux Trois Tilleuls. Le nom Watermael proviendrait de l'ancien germanique : water (eau) et malho (dépression de terrain), ou bien de wachter (gardien) et maal, dérivé du latin médiéval mallum (plaid). Selon cette hypothèse, qui est plus que probable, Watermael signifiait tout endroit où se tenait - ou pouvait se rassembler - un tribunal.
L'origine de Boitsfort est également discutée : ou bien le nom provient de bouts (irrégularité de terrain) et de voorde, de l'ancien germanique furda (gué) - qui est l'interprétation la plus plausible - , ou il signifierait maison des Boote (bootesvoorde), car au XIIè siècle les ducs de Brabant auraient attribué à cette famille le premier bâtiment de vénerie (administration des officiers des chasses), construits sur les bords de la Woluwe... On a parlé aussi de boets, amende, et par extension, endroit où se situait une prison, en l'occurence peut-être celle qui se trouvait anciennement au château de Trois-Fontaines, aujourd'hui sur le territoire d'Auderghem. D'autres encore ont évoqués un certain Balda - prénom signifiant téméraire -, qui aurait habité le site à l'époque franque. Enfin, peut-être le fonctionnaire louvaniste Boutsvoord à qui la garde des chiens de la vénerie fut un jour confiée a-t-il donné son nom à la localité...

Actions sur le document