Outils personnels

Energie : utilisation rationnelle de l'énergie dans les bâtiments publics

3ème étage de la Maison Haute
Horaires : 8h30-12h
Contact: energie1170@wb.irisnet.be
mvierin@wb.irisnet.be
T. 02.674.74.57
Fax.:02.674.75.10

 

2003: démarrage du plan Kyoto local

En Région bruxelloise, les émissions de CO2 sont essentiellement émises par les bâtiments: la plus grande partie provient des logements, ensuite du secteur tertiaire (dont les bâtiments publics) puis du transport. Le protocole de Kyoto (1997) fixait des objectifs de réduction des émissions de gaz à effet de serre pour l'industrie, mais pas pour le secteur tertiaire, ni pour le secteur du logement.

Cela n'a pas empêché Watermael-Boitsfort de se fixer sur base volontaire un objectif très ambitieux: réduire de 30% les gaz à effet de serre émis par les bâtiments communaux. Le plan Kyoto local était né. A la clé, des avantages écologiques, mais également économiques: moins de gaz à effets de serre signifie moins de charges financières pour la Commune!

Le plan Kyoto local a démarré en 2003 avec une série d'audits énergétiques réalisés pour les bâtiments les plus énergivores, comme la piscine Calypso, les écoles et la maison communale. Les autres bâtiments (32 au total) ont ensuite suivi. Cette phase de diagnostic a permis de dégager des recommandations très pratiques pour savoir où et comment intervenir. Outre l'engagement d'une responsable énergie et d'un chauffagiste, deux types de mesures ont été prises : des petites interventions rapides et peu coûteuses d'un côté et des investissements structurels de l'autre.

Cliquez sur le graphique pour l'agrandir
 

Graphique de la répartition des différents bâtiments communaux selon leur consommation énergétique. Eclairage public, Infrastructures sportives et écoles sont les bâtiments les plus énergivores.

 

Les interventions rapides ont consisté par exemple à mettre en place une régulation optimale et une programmation des installations de chauffage (en fonction de la température extérieure et de l’horaire d’occupation du bâtiment), à isoler les conduites chaudes, à placer des vannes thermostatiques, des éclairages économiques...

Les mesures structurelles représentent des investissements plus coûteux : chaudières à condensation, isolations de toitures, châssis double vitrage, installation de panneaux solaires thermiques ou photovoltaïques, rénovation complète des installations de la piscine Calypso par des techniques efficaces et économes...

La sensibilisation du personnel communal et des utilisateurs des bâtiments a également été un des axes prioritaires du plan: éteindre le chauffage ou la lumière en quittant son bureau, mettre son ordinateur en veille pendant l'heure du midi...

Afin de mesurer concrètement les résultats de ces efforts, la commune effectue depuis 2004 un relevé régulier de tous ses compteurs de gaz et d'électricité. L'évolution des consommations peut ainsi être suivie précisément.

Cliquez sur les images pour les agrandir

 

2016 : Les objectifs de Kyoto largement dépassés

En 2016, la commune enregistrait une diminution de 39 % de sa consommation de gaz et de 37 % de sa facture d’électricité, ce qui représente une économie annuelle de près de 400.000 euros et plus de 1500 tonnes de CO2 en moins par rapport à l’année de référence (2004).
Forte de ce succès et souhaitant s’aligner sur les politiques européenne et régionale, la commune de Watermael-Boitsfort a maintenant élargi son Plan Kyoto Local en un plus vaste et plus ambitieux Plan d’Action Energie Durable, qui s’aligne sur les nouveaux objectifs européens pour ses bâtiments communaux (- 40%), vise à entraîner les logements publics et privés dans la démarche, s’étend aux problématiques de consommation ou transport durables,...

Cliquez sur le graphique pour l'agrandir

Graphique de l’évolution de la consommation normalisée en gaz des 32 bâtiments communaux. Normalisée = consommation réelle corrigée en fonction des données climatiques afin de permettre la comparaison d’une année à l’autre (* degrés-jours : plus ils sont élevés plus il a fait froid.)

 

La tendance à la baisse s’observe dès 2005-2006 grâce aux ajustements de régulation de chauffage puis s’accentue en 2008 avec l’effet de premiers investissements structurels (chaudières, isolations, …). L’année 2011 apparaît mauvaise : en réalité nous avons payé peu mais consommé trop par rapport à la douceur climatique de cette année (régulations à améliorer). 2015 était l’année de rénovations majeures à la piscine Calypso, qui a fermé quelques mois, mais dont l’effet s’observe dès 2016. 2017 : défaillances dans quelques grosses chaufferies : vigilance à maintenir.

Bilan total 2017 vs 2004 des consommations normalisées = - 36 %J.  Economie en 2017 évaluée à 380 000 € (par rapport à l’année de référence 2004).

 

Cliquez sur le graphique pour l'agrandir

Graphique de l’évolution de la consommation totale d’électricité des 32 bâtiments communaux.

La consommation augmente de 2004 à 2007 (nouveaux  bâtiments en service) puis la baisse s’amorce dès 2008 grâce aux luminaires économiques, pc et écrans moins énergivores… étendus petit à petit à l’ensemble des bâtiments. En 2013 : première contribution d’électricité autoproduite (photovoltaïque aux ateliers communaux) à laquelle s’ajoute la cogénération de la piscine Calypso en 2015-2016 puis les panneaux photovoltaïques de l’Espace Delvaux en 2017. Ces kWh autoproduits représentent 24% de la consommation totale en 2017 ; les kWh facturés sont sous contrat « énergie verte » (depuis 2010).

Bilan total 2017 vs 2004 de la consommation d’électricité = - 24 %

Bilan total 2017 vs 2004 de la consommation facturée = - 42 %

Economie en 2017 évaluée à 150 000 € (par rapport à l’année de référence 2004).

 

Toute information sur le Plan d’action énergie durable et la gestion énergétique des bâtiments communaux peut être obtenue auprès du service Energie T. 02.674.74.57, energie1170@wb.irisnet.be)

Actions sur le document