Outils personnels

Logis, Floréal et les logements vides

Saviez-vous que Le Logis et Floréal sont des sociétés coopératives, gérées par des coopérateurs locataires ?

La Commune n’a pas de représentant au sein de leur conseil d’administration. Leur gestion est autonome, mais sous tutelle de la Région, tant pour l’attribution des logements, leur rénovation et, plus globalement, l’entretien des trottoirs, venelles et places qui composent les cités-jardins. Cet ensemble forme une sorte de propriété privée à l’intérieur même de notre commune ; il n’est donc pas géré par l’administration communale (sauf l’entretien de la voirie).

Dans ce contexte, préoccupée notamment par les questions des logements vides et de l’amélioration des performances énergétiques des maisons des cités jardins, la commune veille à construire avec les responsables du Floréal et du Logis (mais aussi des autres acteurs du logement) un cadre global de collaboration constructive.

Ainsi, les responsables de Floréal nous informent que le nombre de logements vides reste important, mais tout est mis en œuvre pour les rénover. En 2012, Floréal comptait 171 logements inoccupés sur un total de 716. Aujourd’hui, ce nombre est passé à 139. Il ne devrait plus être que de 57 d’ici fin 2018 et être progressivement résorbé vers 2020. La rénovation de l’immeuble à appartements du square des Archiducs, dit « Hector Denis », qui commencera fin 2016, permettra de remettre 44 logements en location.

Si vous souhaitez en savoir plus, vous pouvez contacter:

Le Logis (Avenue Georges Benoidt, 22   ou 02/672.33.59)

Le Floréal (Place Joseph Wauters, 9 ou 02/ 672.31.42)

 

Combien de logements sociaux sont vides en Région Bruxelloise ?

Selon le dernier rapport du RDBH (Rassemblement Bruxellois pour le Droit à l’Habitat, une coupole de 50 associations qui, dans leur action aux côtés des personnes mal-logées, développent une connaissance concrète des problèmes de logement à Bruxelles), on comptabilisait sur l’ensemble du territoire régional, au 31 décembre 2014,39 531 logements sociaux (nombre total de logements). Parmi ceux-ci :

  •  36 377 logements étaient effectivement loués (soit 92% du parc social total)
  • 2186 logements étaient en cours de rénovation ou en attente de rénovation (soit 5,5% du parc social total)
  • 1901 logements des logements en cours de rénovation bénéficiaient d’un plan de financement approuvé
  • 196 logements des logements en cours de rénovation étaient en attente d’un plan de financement
  • 89 logements des logements en cours de rénovation ou attente de rénovation n’avaient pas encore fait l’objet de projets de rénovation concrets.
  • 964 logements (soit 2,5% du parc social total) étaient en vacance locative, c’est-à- dire des logements en bon état en passe d’être attribués et reloués ou en cours de rafraichissement avant l’accueil des nouveaux locataires.

 

Qu’en est-il pour Floréal ?

 

Au 31 décembre 2014, Floréal comptait 717 logements.  572 étaient effectivement occupés (79.7% du parc locatif de Floréal). 145 étaient vides (soit 20.3% du parc locatif de Floréal)

Sur les 145 logements vides :

  • 135 logements étaient en cours de rénovation et bénéficiaient d’un plan de financement approuvé (soit 93,1% des logements vides)
  • 6 logements étaient dans l’attente d’un plan de financement (soit 4.13 % des logements vides)
  • 4 étaient en vacance locative étaient en vacance locative, c’est-à- dire des logements en bon état en passe d’être attribués et reloués ou en cours de rafraichissement avant l’accueil des nouveaux locataires. (soit 2.7% des logements vides)

 

Si la rénovation de ces logements  bénéficie d’un plan de financement, pourquoi on a l’impression que rien ne bouge sur le terrain  ou si lentement?

  La mise en œuvre de rénovation lourde prend beaucoup (trop) temps

   En effet, contrairement à la promotion immobilière privée, les opérateurs sont soumis à des contraintes administratives lourdes, en termes de marchés publics et de tutelle.

Ainsi, le RDBH estime, dans les hypothèses les plus optimistes, qu’entre le financement du programme de rénovation et le démarrage du chantier, il faut compter au minimum 1250 jours, soit 3 ans et demi.

Ceci reste une estimation qui ne tient pas compte des spécificités, des retards et complications pouvant intervenir à différentes étapes (des recours, des faillites d’entrepreneurs ou bureaux d’architectures, etc.)

 

 

Actions sur le document