Outils personnels

Energie: utilisation rationnelle de l'énergie dans les bâtiments communaux

3ème étage de la Maison Haute
Horaires : 8h30-12h
Contact: energie1170@wb.irisnet.be
mvierin@wb.irisnet.be
Tel.: 02.674.74.57
Fax.:02.674.75.10

ÉCONOMIES D'ÉNERGIE (conseils, primes, infos pratiques et techniques)

Informations pratiques et diversifiées:

Conseils techniques (isolation, chauffage,…):

Choix d'un fournisseur:

  • Lien direct vers le simulateur de prix officiel de la Région de Bruxelles-Capitale: www.brugel.be

Energies renouvelables :

Informations sur la déduction fiscale :

Informations sur les primes :

http://www.bruxellesenvironnement.be (section « particuliers », rubrique « mes primes »)

Informations sur les fournisseurs (et les factures) de gaz et d’électricité :

Plan Kyoto local: une réussite!

En Région bruxelloise, les émissions de CO2 sont essentiellement émises par les bâtiments: la plus grande partie provient des logements (45%), et ensuite du secteur tertiaire, responsable de 21% des émissions de gaz à effets de serre à Bruxelles. A la troisième place, le transport est la source de 19% du C02 rejeté dans l'atmosphère bruxellois.
 
Le protocole de Kyoto fixe des objectifs de réduction des émissions de gaz à effet de serre pour l'industrie, mais pas pour le secteur tertiaire, ni pour le secteur du logement. Cela n'a pas empêché Watermael-Boitsfort de se fixer sur base volontaire un objectif très ambitieux: réduire de 30% les gaz à effet de serre émis par les bâtiments communaux. Le plan Kyoto local était né. A la clé, des avantages écologiques, mais également économiques: moins de gaz à effets de serre signifient moins de charges financières pour la commune!

2003: démarrage du plan Kyoto local

Le plan Kyoto local a démarré en 2003 avec une série d'audits énergétiques réalisés pour les bâtiments les plus énergivoires, comme la piscine communale, les écoles et la Maison communale. Les autres bâtiments (35 au total) ont ensuite suivi.
Cette phase diagnostic a permis de dégager des recommandations très pratiques pour savoir où et comment intervenir. Outre l'engagement d'une responsable énergie et d'un chauffagiste, deux types de mesures ont été prises: des petites interventions rapides et peu coûteuses d'un côté et des investissements structurels de l'autre. Les interventions rapides ont consisté par exemple à mettre en place une régulation optimale et une programmation des installations de chauffage (par exemple, la programmation des chaudières en fonction de la température extérieure et de l’horaire d’occupation du bâtiment), à isoler les conduites de chauffage, à placer des vannes thermostatiques, etc.
Les mesures structurelles ont représenté des investissements plus coûteux: renouvellement du système de désinfection de l'eau à la piscine, rénovation du système de chauffage au dépôt communal, isolation de la toiture d'une école, etc. La sensibilisation du personnel communal et des utilisateurs des bâtiments a également été un des axes prioritaires du plan: éteindre le chauffage ou la lumière en quittant sont bureau, mettre son ordinateur en veille pendant l'heure du midi, ...
Afin de mesurer concrètement les résultats de ces efforts, la commune, effectue depuis 2004 un relevé régulier de tous ses compteurs de gaz et d'électricité. L'évolution des consommations peut ainsi être suivie précisément.

Les objectifs de Kyoto largement dépassés

En 2008, la commune a enregistré une diminution de 20% de sa consommation de gaz, ce qui représente une économie annuelle de 140.000 euros et près de 600 tonnes de CO2 en moins par rapport à notre année de référence (2004).
En quatre ans, ce sont au total 1200 tonnes de C02 qui ont été épargnées, soit une économie financière de 296.000 euros, une somme qui a pu être consacrée à d’autre politiques.
 
 

 

Actions sur le document