Outils personnels

Navigation

16.12.2014 - Ligne 26

Motion concernant le rétablissement d'une fréquence d'au moins deux trains par heure sur la ligne 26 de la SNCB entre Hal et Vilvorde.
Le Conseil communal,
Considérant que la ligne 26 est la seule ligne SNCB qui traverse la Région bruxelloise du sud ouest vers le nord-est tout en desservant des quartiers moins bien équipés en transports publics, comme Uccle et Haren ;
Considérant que cette ligne se prolonge en Brabant flamand vers les noyaux urbains de Hal et de Vilvorde;
Considérant que le trajet de la ligne 26 permet l'accès à des équipements et des zones d'activités importantes de Bruxelles : plusieurs écoles secondaires à Uccle, les sites universitaires de l'ULB et de la VUB, le centre hospitalier Chirec en construction et le pôle de développement régional Delta-Souverain, les institutions européennes, Meiser, le pôle de développement régional Schaerbeek-Josaphat, le bassin d'entreprises à Evere et Bordet, ainsi que le siège de l'OTAN ;
Considérant que les programmes politiques de tous les partis représentés au conseil communal de Watermael Boitsfort défendent le renforcement de la fréquence de desserte des gares SNCB bruxelloise en attendant la mise en service la plus rapide possible du RER ;
Considérant que le conseil communal de Watermael Boitsfort a adopté à l'unanimité une motion demandant la mise en exploitation de la halte Arcades sur la Ligne 26 lors de sa séance du 26 avril 2011 ;
Considérant que le conseil communal de Watermael Boitsfort a adopté à l'unanimité une motion demandant le déploiement d'un réseau express bruxellois lors de sa séance du 18 juin 2013 ;
Considérant que des motions similaires ont été adoptées par les communes d'Uccle et d'Ixelles ;
Considérant que la Ligne 26 constitue une ligne test dans le cadre du futur RER ;
Considérant le succès de la fréquentation de cette ligne, qui offre trop peu de trains aux heures de pointe ;
Considérant qu'à l'heure de pointe les trains, qui comptent au maximum 4 wagons, obligent les passagers à voyager debout tellement ils sont fréquentés ;
Considérant que l'absence de trains de voyageurs sur cette ligne le soir et le week-end en empêche le bon développement ;
Considérant que l'entrée en vigueur du nouveau plan de transport de la SNCB le 14 décembre 2014, diminue fortement la desserte de la plupart des gares périphériques de la Ligne 26 ;
Considérant qu'il n'y aura plus qu'un train par heure desservant toutes les gares entre Hal et Vilvorde ;
Considérant que dans ces conditions, beaucoup d'usagers seront obligés d'abandonner ce moyen de transport;
Considérant la pétition signée par 1189 usagers de la Ligne 26 demandant de ne pas supprimer de trains aux heures de pointes ;
Considérant que cette mesure est contraire à la volonté du Gouvernement fédéral d'améliorer le fonctionnement de la SNCB ;
Le Conseil communal demande :
- à la SNCB de prendre en considération l'importance de la Ligne 26 et de rétablir dans les plus brefs délais une fréquence d'au moins deux trains par heures à tous les arrêts situés entre Hal et Vilvoorde ;
- au Gouvernement bruxellois de défendre l'augmentation de la fréquence des trains sur la Ligne 26 dans le cadre de ses concertations avec la SNCB ;
- au Gouvernement Fédéral qu'il propose à la SNCB d'adapter son nouveau plan de transport de manière à augmenter la fréquence des trains reliant Hal à Vilvorde en desservant Bruxelles le long de son axe sud ouest, nord ouest ;
- au Collège des Bourgmestre et Échevins d'inviter la SNCB à une commission du conseil communal pour évoquer ce sujet ;
- Copie de la présente sera adressée à :
•Mme Jacqueline Galant, .Ministre de la Mobilité, chargée de Belgocontrol et de la Société nationale des chemins de fer belges
•M. Didier Reynders, Vice-Premier ministre et ministre des Affaires étrangères et européennes, chargé de Beliris et des Institutions culturelles fédérales
•M. Rudi Vervoort, Ministre-président de la Région de Bruxelles-Capitale.
•M. Pascal Smet , Ministre bruxellois des Transports
•M. Jo Cornu, administrateur délégué de la SNCB.
•M. Luc Lallemand, administrateur délégué d’Infrabel.

Actions sur le document