Outils personnels

Ne pas nourrir les animaux sauvages !

Donner des restes de pain aux canards est un geste qui nous semble normal. Pourtant, ces kilos de pain apportés tous les jours, été comme hiver, ont un impact sur les animaux et leur environnement. Un apport artificiel de nourriture profite d'abord aux espèces opportunistes (pigeons des villes, rats, corneilles noires, chats errants, perruches, renards, oies d’Egypte…), au détriment d’autres espèces plus vulnérables. Nourrir ces espèces aura pour effet d’augmenter leur population et de modifier les équilibres écologiques.

De plus, la nourriture offerte n'est pas nécessairement adaptée aux animaux. Le pain par exemple, souvent mouillé, n'est pas idéal pour les oiseaux : il gonfle dans leur estomac et peut provoquer des troubles digestifs. Et, les kilos de nourriture qui se « perdent » dans l’eau peuvent perturber l’équilibre écologique d’un étang et déstabiliser son fonctionnement. En cas de grosses chaleurs, l’eau peut même devenir toxique, voire mortelle, pour la plupart des animaux qui y vivent. Il faut ensuite des mois pour rétablir l’équilibre écologique au sein de l'étang.

Le règlement régional et communal interdit de nourrir les animaux sauvages, à certaines exceptions près, notamment en temps de gel. Les oiseaux de petite taille, présents dans les jardins peuvent être nourris entre le 1er novembre et le 1er avril : donnez-leur des graines adaptées et évitez le pain.

Les renards quant à eux sont de plus en plus nombreux dans nos quartiers, en raison du manque de prédateurs mais surtout à cause des poubelles pleines de déchets alimentaires. Pour empêcher leur reproduction deux solutions : supprimer au maximum ces déchets dans nos sacs poubelle et se munir d’un conteneur en plastique dur. La Commune peut en fournir au prix de 11 €/pièce, gravée à votre adresse et livrée à domicile.

Pour en commander, envoyez un courriel à proprete1170@wb.irisnet.be ou T. 02.674.74.36.

Actions sur le document