L'indépendance du Congo a 60 ans

En cette année du 60e anniversaire de l’indépendance du Congo, il est temps de nous pencher collectivement sur l’histoire partagée par nos deux pays. L’heure de nous interroger sur la manière dont nous devons comprendre notre passé colonial et essayer d’en tirer des enseignements, par exemple sur le plan de la lutte contre le racisme, la xénophobie et l’intolérance, la gestion du patrimoine historique et culturel, etc.

L’actualité de ces dernières semaines  nous a rappelé l’importance et le rôle clé de l’espace public dans la construction des valeurs communes de notre société. Il s’avère être une porte d’entrée intéressante pour entamer ensemble une réflexion sur ce passé et ses implications présentes . 

Nous voulons que Watermael-Boitsfort soit un espace où tout le monde se sente bien. C’est une condition nécessaire au vivre ensemble, si cher et fondamental pour nous. Nous porterons donc une grande attention aux initiatives issues des débats dans les parlements sur ces sujets.

C’est dans cette optique et à l’instar de ce qui a été déjà été fait dans d’autres communes, que nous  amorçons un travail de contextualisation d’une plaque apposée sur la Maison communale en 1930. Elle rend hommage à deux Boitsfortois : Martin Asselbergh et Jean Phillipe A. Dewolf, l’un décédé à Matadi en 1896, l’autre dans la région de Mbandaka en 1903.

Nous souhaitons également dans une vision plus large inviter chacun et chacune à participer à une réflexion collective sur cette thématique, pour ensemble contribuer à l’amélioration de ce vivre ensemble qui nous est cher. Si vous êtes intéressé par cette démarche de fond, contactez-nous par mail solidariteinternationale@wb1170.brussels.

Enfin, c’est aussi l’occasion de souligner les liens tissés entre les communes de Watermael-Boitsfort et Limete à Kinshasa dans le cadre d’un partenariat lancé il y a plus de 10 ans en hissant le drapeau de la République Démocratique du Congo sur notre Maison communale.